Bandeau
Vol Libre et Paramoteur des IEG
Slogan du site

Vol Libre et Paramoteur , pilotes des IEG, Les Clubs et sections de Vol Libre, parapente, Delta et paramoteur des Industries Electriques et Gazières de France telles que ERDF, EDF groupe, GRDF ( GDF - SUEZ groupe), RTE vous accueillent et vous fédèrent déjà depuis plusieurs années.

En étant Affiliés à la FFVL et la FFPLUM. ils sont à même de favoriser les développement et de faire la promotion du vol libre, du parapente, du delta et du paramoteur dans un cadre fédéral, et respectueux de la charte d’éthique et de déontologie du sport français.

Votre progression pourra être développée en leur sein, avec l’aide des accompagnateurs, moniteurs qualifiés par les fédérations. Des moyens adaptés, en interne, et lors de regroupements, par l’échange, le partage et la découverte des différentes pratiques et conditions de vol sont mis en œuvre à cet effet, conformément aux statuts fédéraux et aux prescriptions Jeunesse et Sports.

Plusieurs régions sont représentées : Alsace, Aquitaine, Auvergne, Basse Normandie, Bourgogne, Centre, Champagne - Ardenne, Franche-Comté, Languedoc - Roussillon, Lorraine, Midi - Pyrénées, Poitou - Charentes, Provence - Alpes - Côte d’Azur, Rhône - Alpes .Des contacts pourront vous informer et vous guider dans vos démarches et vous accompagner dans votre cursus de progression et vous conseiller.

Semaine Tec Aile

Quatre membres de prévu (Vincent, Yves, Franck et Philippe) dont un qui nous rejoignait mardi 12 par le train. Le mini-bus de la CMCAS était prévu et

Article mis en ligne le 10 avril 2006
dernière modification le 10 avril 2008
logo imprimer

Quatre membres de prévu (Vincent, Yves, Franck et Philippe) dont un qui nous rejoignait mardi 12 par le train. Le mini-bus de la CMCAS était prévu et à quatre nous allions pouvoir faire les rotations par cycles (confort total !). La météo annonçait de la tramontane en Sud Ouest et du mistral en vallée du Rhône donc direction l’extrême sud est. C’est d’ailleurs elle (la météo) qui nous dictera la direction des sites suivant l’évolution qu’elle choisira.

 Le journal de cette folle semaine :

  Vendredi 8

 : Départ de Toulouse en fin de journée en direction des Alpes maritimes. Trajet direct par l’autoroute et arrivée en pleine nuit où nous avons eu un peu de difficulté pour trouver un endroit où dormir tranquille ; c’est fou le peu de lieu « sauvage » qu’il y a dans ce coin. Sans s’être pris un seul coup de fusil nous avons fini par trouver.

  Samedi 9

 : les choses sérieuses commencent. Arrivés à Gourdon, vent soutenu, temps grisâtre et vol pour Vincent. Comme le vent forcissait nous n’avons pas voulu conjurer le sort pour le premier jour et sommes allé voir le site de Greolières, d’ailleurs à midi nous avons fini de manger sous la pluie. Ces deux sites là sont magnifique. Avec du beau temps ça doit être très agréable de voler autour du village de Gourdon. La météo annonçait une amélioration vers les Alpes donc direction un poil plus au Nord vers Saint André Les Alpes où nous avons pu faire deux séries de vols du soir (dont les premiers « ventés »). Yves, quant à lui, a dégommé les caissons de sa superbe LUBA type « Opium » jaune canari de 1993 !!! Bon ok il lui manquait un peu de vitesse, et d’autant plus que son accélérateur était resté au chaud dans le sac alors … il a fait un atterro improvisé mais pas bien loin de l’officiel ; à 300m. près faut pas pousser !!! Et le dernier atterro fut pour Vincent aux phares du mini-bus. A titre indicatif il « caillait » dur : polaires obligatoires !

  Dimanche 10

 : Découverte de jour du site de Saint André Les Alpes : superbe ! Accès au déco entièrement goudronné de frais, fléchage au TOP (il y a eu une manche de la coupe du monde et ceci ne doit pas être étranger à cela !). Petits vols du matin dans de l’huile, un vrai bonheur. Les autres vols plus tardifs nous ont permis de tenir un peu. Avec de bonnes conditions il y a de quoi faire et au vu du paysage et de la largeur des vallées ça doit être très agréable et sans prise de tête. Quelle belle région !!!!……. mais……… c’est « sentimental » diront certain. D’après les locaux il y a de moins en moins de parapentistes dans le coin ! Quel gâchis ! Les volants ne sont pas du plus jeune âge comme nous avons pu le constater. Le point météo que nous fîmes vers le début de l’après-midi annonçait l’arrivée d’orages vers les Alpes, nous prenons la décision de filer de l’autre côté de la vallée du Rhône (pour éviter le mistral) donc direction l’Ardèche. D’autant plus que nous devions récupérer Franck à Valence, deux jours plus tard. Adieu belle région ! Le soir arrivée aux Vans.

  Lundi 11

 : Premiers vols du matin « peinards » au déco de Saint Sébastien pour Yves et Philippe mais plus mouvementés pour la deuxième série pour Yves et Vincent. En effet le mistral est rentré d’un coup sans prévenir et bien sûr….. l’accélérateur d’Yves était encore au chaud donc atterro dans un mouchoir de poche, Vincent qui était encore plus haut n’a pas eu de bol car il s’est fait reculer derrière le col et a posé sur un aimable chêne et ce, sans bobo car l’endroit n’était pas du tout (mais vraiment pas du tout) sympathique. L’après midi, vu le mistral, direction un endroit cool pour décompresser près de la rivière avec au programme : repas, baignade, farniente et sieste au son des cigales. Anecdote : le mistral a arraché un sac à Vincent directement du mini-bus pour l’envoyer dans un pierrier pendant que nous préparions notre descente !

  Mardi 12

 : Vols du matin toujours au déco de Saint Sébastien avec une aérologie plus peinarde, arrivée de la chaleur, le vent se renforçant et sans prise de risque nous envisageâmes de finir la matinée par des courses, manger et d’aller au décollage du Serre de Barre où l’orientation était plus propice au vent. Accès très long, pas facile. Vincent a fait un vol puis nous sommes partis récupérer Franck à la gare TGV de Valence. Il est à noter, pour la prochaine édition des vacances itinérantes des TEC’Ailes, que la route d’Aubenas à Valence recèle une cave où l’on peut gouter un Syrah fort sympathique. La météo qui avait annoncé du grain sur les Alpes s’était plantée alors nous sommes repartis vers les Alpes mais les Alpes du Nord.

  Mercredi 13

 : Après une nuit sur les contreforts du Vercors, nous débarquons à Saint Hilaire du Touvet, site phare du parapente. Nous prenons des renseignements à l’école toute proche de l’atterro. Découverte du site, de son accès par funiculaire, de sa moquette superbe et irréprochable. Vu son accès, pas de rotation à faire et nous avons donc tous décollé ensemble. A notre arrivée au déco, nous voyons décoller un gus sous ce qu’on aurait du mal à appeler un parapente. C’est joufflu, avec des morceaux de tissus en guise de suspentage, ça accordéonne plus qu’au bal des pompiers le 14 juillet. Après renseignement, le gars fait un vol d’essai pour la coupe Icare, avec ce « parapente » qu’il a construit lui-même sur la base d’une photo d’un des premiers parapentes. Son aéronef n’est absolument pas maniable et il n’arrive même pas à le tourner face au vent. Il est bon pour se vacher. En ce qui nous concerne, nous réalisons un joli vol, mythique par excellence. Comme il a duré un certain temps, une fois tous au sol, nous avons mangé et avons pris la décision d’aller vers Chamonix, à Passy, où nous fîmes notre vol du soir quotidien juste avant la tisane.

  Jeudi 14

 : Tellement le coin est beau que deux d’entre nous se sont levés tôt pour apprécier le lever du soleil sur les faces du Mont Blanc. Petits décollages matinaux de Plaine Joux avec encore l’empreinte de l’oreiller sur la joue et la vue sur les trois Monts Blanc. Le bonheur pur je vous dis ! En vol, Vincent partit crosser et nous sommes allés le chercher après que les autres aient eu le temps de faire un autre vol du même endroit ! Après quelques vols au même déco/même atterro ça commençait à devenir monotone (blague à part !) alors ZOU ! direction Samoëns (sans blague !). Arrivé au plateau des SAIX nous fîmes notre vol. Vincent nous proposât de transiter vers le Criou pour essayer d’aller dormir au sommet et décoller de là haut au petit matin mais heu….. il fût le seul à traverser. Après s’être fait joyeusement tarter le long du Criou, du sommet il allait encore se balader vers le déco de La Bourgeoise et plus en amont dans la vallée, puis un poser à ce déco puis un autre vol pendant que nous, nous allions goûter aux joies de la piscine (et de sa douche) en le regardant tout là haut. Ha celui là ! En deux vols il a fait, au bas mot : quatre heures de vols ! Du coup le soir il a bouffé deux parts de lasagnes. Le soir installation des tentes au plateau des SAIX.

  Vendredi 15

 : Petite mise en jambe par notre décollage matinal habituel en courant car vent = 0 et ZUT ! on n’avait plus de petit déjeuner : tant pis on le prendra en bas ! Arrivé en bas nous avons trouvé une âme charitable qui nous proposât de nous ramener au parking du déco de La Bourgeoise si on pouvait le prendre donc encore une « rot » à éviter pour l’un d’entre nous (n’est-ce pas Yves ?). Ce ne fût pas la météo qui nous l’imposât mais la fin de semaine qui arrivait alors, l’après midi nous partîmes vers les volcans d’Auvergne. Arrivé à Dienne petit vol tranquille du Rocher de Laqueuille. Tentes plantées prêt d’un champ de vaches, les irréductibles Toulousains ont mangé…… un cassoulet (ils étaient en manque !)

  Samedi 16

 : Après le petit déjeuner pris grâce au lait hyper frais (et tiède !) de nos voisines, direction Chabraire où nous avons rencontré le club des Toiles Du Sud. Nous avons fait le plouf matinal avec eux depuis cet endroit (merci pour la « rot » qui n’était pas facile (n’est ce pas Yves ?)) et avons décidé d’aller jouer au Puy de la Tourte pour l’après midi. Bof….. pas terrible et ploufs à l’appui nous nous sommes vite retrouvés au déco de Chabraire pour deux vols dont le dernier qui, lui, dura beaucoup plus longtemps et où Franck eût même du mal à descendre. Pendant ce temps là, Vincent s’offre un aller retour de deux heures sur toute la crête. Apéritif avec nos copains des TDS, retour vers notre « camping » où une crise de fou rire (à table) nous fatiguât les abdos au point de nous empêcher de finir de manger tranquillement et de ne rien renverser (de la tisane uniquement je vous jure !)

  Dimanche 17

 : Une fois n’est pas coutume : pas de vol du matin et direction…. Toulouse en passant par Cordes dernier vol d’une minute pour Philippe (c’était un pèlerinage il fallait le faire quoi qu’il en coûte !).

  Le Bilan

 : Pour la première sortie des TEC’Ailes ce fût un coup de maître. Que ça soit de l’intendance (l’an prochain amélioration légère du mini-bus et de diverses bricoles), au timing, en passant par les vols (but de notre sortie), tout était PARFAIT. Il faut dire que la météo était au rendez-vous, que chacun à mis du sien, sans se forcer, et que l’ambiance était à son paroxysme. Au départ il y avait bien dans l’idée de faire un décollage d’un sommet de 4000m. mais au vu de beaucoup de choses nous en avons décidé autrement le jeudi 14. A une autre fois sûrement !

Bien évidemment une sortie itinérante comme celle ci nous a fait faire beaucoup de kilomètres mais il y a eu aussi beaucoup de vols (c’était bien là le but !). En moyenne : deux/trois vols quotidien pour chacun de nous. Et……….. pas de casse !

Pour ceux qui le désirent il a des photos que l’on peut fournir sur CD rom il suffit de nous le demander.

 A l’année prochaine

et d’ici là ; venez aussi à nos sorties mensuelles !

[Récit de Vincent Cheron - Vol Libre - CMCAS de Toulouse]



puce Plan du site puce Contact puce Mentions légales puce Espace rédacteurs puce squelette puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2001-2017 © Vol Libre et Paramoteur des IEG - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.84.34
Hébergeur : NUXIT